Et si on dansait?

La danse et le corps vieillissant

Poster un commentaire

Danser, ça fait du bien. Tous ceux qui pratiquent les danses sociales et de loisirs vous le diront. Les autres n’ont vraiment pas idée de ce qu’ils perdent! Et je ne parle pas juste de la joie de bouger sur la musique, de s’amuser et de créer des liens. Bien sûr, comme personne ne conserve la souplesse hallucinante des bébés, certaines précautions sont nécessaires pour que l’expérience ne bascule pas du plaisir à la douleur. Tandis que les danseurs professionnels redoublent d’attention pour minimiser les risques de blessures, les participants de Et si on dansait? savent qu’il faut particulièrement prendre soin d’un corps vieillissant. Conscients des limites que leur impose l’âge, ils organisent intuitivement leurs mouvements pour satisfaire leur désir d’explorer tout en veillant à leur intégrité physique. Ils ignorent sans doute tous les bienfaits physiologiques que leur procurent ces précieux rendez-vous du samedi matin.

Se faire du bien l’air de rien

« En dehors d’une activité physique régulière, tu n’as pas d’autre choix que les thérapies manuelles pour t’aider », m’a déclaré mon médecin au sujet des façons de calmer les douleurs combinées de l’arthrose et des longues heures passées devant l’ordinateur. « La seule chose que la médecine classique puisse t’offrir, ce sont des médicaments qui atténueront peut-être les symptômes, mais ne règleront pas tes problèmes. » C’est pourquoi je me suis tournée vers une ostéopathe pour étudier la question des bienfaits physiologiques liés à Et si on dansait? Et si j’ai choisi Irène Galesso, c’est qu’en plus d’être thérapeute, elle enseigne la danse à l’Académie de danse d’Outremont dont elle est la directrice et qu’elle participe à la table de concertation des aînés de sa municipalité pour proposer à ces derniers des activités qui répondent à la fois à leurs désirs et à leurs besoins. Avant notre rencontre, elle a regardé les tutoriels sur notre blogue. Sa première remarque porte sur celui intitulé Échauffement du corps.

« L’idée de faire tracer le prénom Claude en utilisant les différentes parties du corps est une merveilleuse façon d’amener les participants à bouger sans y penser. C’est parfait pour aller chercher la fluidité et la liberté dans les articulations plutôt que d’imposer des exercices qui visent la performance. Aujourd’hui, bien des programmes d’entraînement imposent hélas un stress inutile et potentiellement dommageable. L’ostéopathie recommande au contraire d’éviter de travailler en force, y compris dans les étirements, et préconise la fluidité pour redonner de la mobilité au corps. »

Performance dansée sous le regard des autres participants

 

Stimuler la vitalité

Dans l’entrevue publiée au début du processus, le chorégraphe Emmanuel Jouthe se disait touché et intrigué par la vitalité insoupçonnée des personnes âgées. Il faut bien dire que la croyance populaire associe volontiers vieillesse à dégradation et la tendance est encore forte d’écarter les aînés des cercles sociaux, voire de les isoler. Pourtant, vieillir, ce n’est décidément pas la fin du monde. Et la vitalité ne se mesure pas seulement en capacité à bondir comme un beau diable ou à courir un marathon. En ostéopathie, elle se reflète dans ce qu’on appelle « le mouvement respiratoire primaire ».

 « Cette notion de vitalité se trouve aussi dans la médecine millénaire chinoise, commente Irène Galesso. Ce sont des vagues, les petites et grandes marées, repérables au toucher partout dans le corps et à différents niveaux de profondeur. Ce flux et ce reflux peuvent être contrariés par toutes sortes d’éléments. Le rôle de l’ostéopathe est de trouver dans quel système – osseux, musculaire, organique, nerveux, liquidien, etc. – se situe la cause du ralentissement et tenter de relancer le mouvement respiratoire primaire. Il utilise diverses techniques pour initier une forme de dialogue avec le corps du patient qui répond à la mesure de ses capacités. Le corps est abordé de façon holistique dans ses dimensions psychosomatiques, c’est-à-dire que le corps et l’esprit sont impliqués au même titre. L’ostéopathe suggère et c’est le patient qui fait le travail. D’où la nécessité de respecter les rythmes de chacun. La danse, telle qu’elle est proposée dans le cadre du projet Et si on dansait? agit un peu de la même façon. Elle offre aussi des possibilités de relancer la vitalité. » Comment? En partie grâce à l’action mirifique de la lymphe.

Les pouvoirs cachés de la lymphe

Liquide biologique blanchâtre, la lymphe circule dans tout le corps via un réseau complexe à l’image du système sanguin. Elle baigne les organes, à commencer par le cerveau, et contribue de façon importante à l’efficacité du système immunitaire. Elle remplit aussi des fonctions de drainage et d’épuration des déchets cellulaires, nourrit le sang, les organes et les articulations particulièrement sensibles aux effets du vieillissement.

« Pour ce qui est de la mobilité et de la vitalité, poursuit Irène Galesso, l’intérêt de la danse telle qu’elle est pratiquée par exemple dans l’échauffement, c’est qu’elle sollicite le système liquidien – artériel, veineux et lymphatique. Cela active les échanges gazeux qui se produisent naturellement quand on respire et qui favorisent l’ouverture entre les articulations. Cette libération d’espace a un effet de pompe qui permet au sang et à la lymphe de mieux irriguer l’articulation. Or, c’est la lymphe qui nourrit le cartilage auquel sont notamment liés les problèmes d’arthrite et d’arthrose. »

L’ostéopathe explique que la circulation de la lymphe est actionnée par des ventricules cérébraux qui agissent comme des pompes pour la distribuer. Elle enrobe le cortex, glisse le long de la moelle épinière et circule partout dans le corps par de petits canaux lymphatiques. Son circuit se déroule en une vingtaine de minutes et se répète.

Échauffements et étirements

Danser, c’est prendre soin de soi

« L’ostéopathie vise surtout la prévention et le traitement des causes en cherchant à favoriser un équilibre global du corps, commente Irène Galesso. Elle se concentre sur trois critères : la vitalité, la mobilité et la position – des os, des organes, des muscles, des systèmes nerveux, fluidiques… La danse travaille globalement la vitalité parce qu’elle engage autant l’énergie liquidienne, organique, musculo-squelettique que chimique; elle engage autant le corps et l’esprit. En sollicitant la créativité des participants, elle active le cortex et la circulation de la lymphe, ce qui favorise la mobilité. Quant à la position, il y a un grand respect du corps des danseurs dans le projet Et si on dansait? Les artistes proposent des exercices doux et donnent la possibilité à chacun de se les approprier et de les effectuer en prenant compte des particularités de leur corps. Certains vont se lancer dans une danse explosive tandis que d’autres vont rester dans des mouvements plus minimalistes. Mais cela ne veut pas dire que le corps ne travaille pas. Chacun vit l’expérience avec qui il est dans l’instant et en retire les bienfaits. En ce sens, le lien entre une séance de danse et une séance d’ostéopathie est très clair pour moi. »

De la tête aux pieds

Mais quel intérêt peut-il y avoir à s’échauffer avant une séance de danse en essayant de dessiner des lettres avec les yeux? Et bien, c’est que, figurez-vous, tous les propriocepteurs qui tapissent nos plantes de pieds pour nous rendre conscients de la position des différentes parties de notre corps, tous ces milliers de récepteurs sont en lien direct avec le cortex visuel, le cervelet et le système de l’oreille interne qui régulent notamment notre équilibre.

« Toute la kinesthésie, la proprioception, partent du regard, affirme Irène Galesso. Un mouvement est plus facile à faire quand il est guidé par la direction du regard. Regarder dans une autre direction peut être un choix chorégraphique, mais reste que le regard nous entraine à faire le mouvement. Il guide aussi notre rapport à l’espace, qui peut être inquiétant quand on a des limitations physiques; on peut se sentir vulnérable. En utilisant le regard de façon adéquate, on est plus fort. De même qu’en laissant tomber le poids du corps, en laissant la gravité agir sur ses muscles de posture et étant à l’écoute de ses sensations via les propriocepteurs. C’est tellement important qu’on parle de plus en plus de la kinesthésie et de la proprioception comme d’un sixième sens. Pour ce qui est du rapport à la gravité, certains spécialistes affirment même que le réflexe sensoriel provoque du mouvement. Autrement dit, le mouvement crée des sensations et les sensations créent du mouvement. »

Sens et conscience

De là à considérer l’émotion comme un mouvement, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement pour aborder la question de l’apport de la musique dans le projet Et si on dansait? « La musique ajoute à la dimension artistique de la danse qui est un mode d’expression par lequel chaque individu trouve sa place, sa façon de s’exprimer, commente Irène Galesso. La musique vient ouvrir d’autres portes en permettant au corps de s’exprimer dans une voie abstraite, indicible, d’aller dans l’émotif. On peut alors libérer des tensions émotives, des peurs, des craintes, mais aussi des joies, de la tendresse… »

« Nos six sens sont éveillés au maximum avec la danse, conclut-elle. Elle nous donne une chance de développer la présence à soi et de satisfaire notre curiosité face au monde. Avant, on ne donnait pas cette chance aux personnes âgées. Elles ont plus de droits et plus de possibilités qui leur sont offertes. On commence à comprendre aussi qu’au-delà des activités et des divertissements en tout genre, il y a quelque chose de plus profond à découvrir et à nourrir. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s