Et si on dansait?

Producteurs

Circuit-Est centre chorégraphique | Production

CE_logo_coul_CMJN_300dpi

Depuis plus de vingt-cinq ans, Circuit-Est centre chorégraphique accompagne les professionnels dans leur développement technique et artistique en offrant des espaces et des services adaptés à la recherche, à la création, au perfectionnement et au ressourcement en danse contemporaine, ainsi qu’en s’impliquant dans son milieu. Il dispose de 5 studios répartis sur 2 sites. Sa programmation, composée de classes de maître, d’ateliers, de programmes de mentorat, de résidences et de projets d’échanges (inter)nationaux, se renouvelle sans cesse afin de toujours mieux répondre aux besoins des artistes.

Ouvert à l’ensemble de la communauté, cet organisme basé sur le partage de ressources regroupe neuf compagnies membres : Louise Bédard Danse, Sylvain Émard Danse, Danièle Desnoyers/Le Carré des Lombes, Fortier Danse-Création, Et Marianne et Simon, Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe, maribé – sors de ce corps, Frédérick Gravel/Grouped’ArtGravelArtGroup et MAYDAY.
Circuit-Est est lauréat du Prix de l’organisme « I love dance/J’aime la danse » 2013 décerné par l’Assemblée canadienne de la danse et finaliste du Prix de l’Action culturelle de la ville de Montréal-2015 pour son projet Alors, on crée? réalisé en collaboration avec Louise Bédard Danse.

Logo de la compagnie de danse contemporaine Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe

Pour Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe (DCD/EJ), la création relève d’une profonde volonté d’entrer en relation avec l’individu, qu’il soit spectateur ou danseur. Depuis plus de 15 ans et à travers une douzaine d’oeuvres, la compagnie rayonne sur les scènes locales, nationales et internationales. DCD/ EJ désire partager l’expérience de la beauté à travers toute une déclinaison de sensibles afin de proposer au public une poésie humaine qui allie une danse tant sensuelle que percussive, tant minimale que dynamique, tantôt animée par le risque physique, tantôt colorée par des situations incongrues. Cette démarche a instauré un dialogue au centre duquel le mouvement se substitue à la parole, afin de convoquer l’imaginaire du spectateur.

En adéquation avec ces valeurs défendues au travers des créations du chorégraphe, la compagnie souhaite positionner l’échange humain au cœur de son art. C’est pourquoi, depuis 2008, elle oriente aussi ses actions vers la communauté et met sur pied des projets de création tels qu’ÉCOUTE POUR VOIR, CINQ HUMEURS, SUITES PERMÉABLES et une activité de médiation culturelle singulière appelée Lever de rideau.

En plus de répondre à ses objectifs artistiques et humains, les actions de médiation culturelle concourent à dynamiser la relation entre la compagnie et les publics en interpellant le regard du spectateur via des propositions variées, artistiquement riches, néanmoins accessibles, qui diffèrent de la simple rencontre après le spectacle. DCD/EJ tient également à ce que ses projets participent à la démocratisation de la danse en allant à la rencontre du spectateur sur un terrain qui lui est familier tout en offrant des approches personnalisées selon les clientèles.

Publicités