Et si on dansait?


Poster un commentaire

Répétition générale et présentation publique

La semaine du 25 avril fut particulièrement remplie, deux répétitions générales (mercredi et vendredi) suivies de la présentation publique le samedi. L’émotion était à son comble, entre excitation, hâte, stress et nostalgie des bons moments partagés qui s’achèvent.

La présentation fut un réel succès qui a enthousiasmé les 132 personnes venues assister à la représentation.

Merci à tous d’être venus si nombreux, merci aux participants pour leur implication dans le projet, merci à Emmanuel et Sarah pour leur généreuse contribution.


Poster un commentaire

Samedi 9 avril 2016

Il ne reste que quatre répétitions avant la présentation publique. La disposition de l’espace non conventionnel est déterminée. Ce choix d’espace dicte un rapport au public tout en proximité. Les intentions chorégraphiques semblent mieux comprises de tous. Les participants jouent le public et danse pour un public composé de leurs pairs. Chacun son tour, participants ou témoins se surprennent à être émus de ce qu’ils voient, de ce qu’ils découvrent et reçoivent. L’obligation de rencontrer et de toucher le public se transforme en désir et devient moteur du geste. Comment offrir sa danse? À qui l’offrir? Un extraordinaire bout de chemin s’est fait depuis le début du processus. Les tableaux se construisent morceau par morceau d’un atelier à l’autre et s’enchaîneront sous peu sous nos yeux.


Poster un commentaire

Atelier 3 – samedi 20 février

À l’occasion de cette troisième rencontre, la parole a été donnée aux participants. Un temps précieux, qui nous avait manqué jusqu’alors, pour que chacun se présente, fasse part de ses motivations et donne ses impressions sur l’expérience vécue jusqu’alors. Même si la cohésion du groupe se ressentait, même si leur générosité semblait traduire leur appréciation, nous étions ravis de les entendre confirmer notre intuition. Cette discussion a mis en évidence qu’un tel projet permet de prendre conscience de son corps, « d’ouvrir un dialogue avec soi-même », de « descendre dans son corps et de sortir de sa tête ». Travailler dans un cadre où tous partagent un objectif commun, sans sentiment de compétition, semble être grandement apprécié. La reconnaissance de l’individualité de chacun et de son potentiel créatif leur permet de s’engager dans le processus sans retenue. C’est un espace où il est possible de jouer comme lorsqu’on est enfant; une occasion rare! C’est un espace où l’on peut mettre temporairement de côté sa raison et écouter son intuition.  « Le corps imprime et compense la faiblesse de la mémoire » témoigne l’une des participantes.

Cette semaine, les participants sont repartis chez eux avec un exercice pour le prochain atelier. Chacun a eu à tirer au sort un haïku (petit poème d’origine japonaise, extrêmement bref, visant à célébrer l’évanescence des choses) à partir duquel il devront créer une courte séquence dansée.

Merci à Kyra Revenko, la mère de Madeleine, venue assister à l’atelier, qui a pris ces belles photos.

HAÏKUS

Pour définir ce qu’est un haïku, voici quelques extraits récoltés par Sarah à travers ses lectures :  il faut, dans la lecture du haïku, lire « ce qui chante entre les lignes ». Ces « mots du quotidien nous disent au plus juste de quoi sont faits les instants dont nous sommes faits : menues choses sur lesquelles le regard distrait passe sans s’arrêter, et qui sont pourtant la trame indiscutable de la vie, la substance de toute mémoire« .

Voici ceux proposés aux participants pour l’exercice :

Microsoft Word - Haikus.docx


Poster un commentaire

Et si on dansait? sur MAtv

L’émission de télévision Montréalité, diffusée sur la chaîne MAtv, dresse un portrait des initiatives sociales, économiques ou communautaires montréalaises. Dans l’émission du 23 février, la chroniqueuse Joakim Lemieux a consacré son sujet aux projets de médiation culturelle que Circuit-Est met sur pied depuis 5 ans pour initier différents publics à la danse contemporaine.

Découvrez ce reportage où il est notamment question du projet Et si on dansait?.

montrealité